spectacle flamenco cité de la musique Manuela Carrasco, Agujetas, Diego Carrasco
837
single,single-post,postid-837,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.2.1, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Spectacles flamencos A LA CITE DE LA MUSIQUE

  En février, la Cité de la Musique de Paris offre une programmation flamenca d’exception!

[alert style= »red »] Suspiro flamenco, MANUELA CARRASCO [/alert]

La grande danseuse Manuela Carrasco présentera son spectacle « Suspiro flamenco » le  vendredi 22 février 2013  à 20:00

« Née en 1958, Manuela Carrasco Salazar est une des grandes fi gures de la danse flamenca. Dès la fin des années 1960 on pouvait la voir dans des lieux mythiques comme le théâtre La Cochera de sa Séville natale. Dans les années 1980, elle participe, avec Fernanda de Utrera, El Farruco et El Chocolate, au spectacle Flamenco Puro, qui fut un immense succès à New York. En 1995, on la retrouve dans le fi lm de Carlos Saura, Flamenco, puis dans nombre de spectacles conceptuels consacrés à la culture flamenca, comme Asi Baila Sevilla ou Jondo Adonai. En 2002, ce sera Escencias puis, plus récemment, une évocation des origines indiennes du flamenco avec Romali, danza de los gitanos.
Dans Suspiro flamenco, sa dernière création, elle cherche plus que jamais le frémissement du duende, cette émotion à nulle autre pareille que Federico Garcia Lorca caractérisait par une belle image : « Le duende opère sur le corps de la danseuse comme le vent sur le sable. »

Biographie  d’après citédelamusique.fr

Fiche artistique:

Manuela Carrasco danse, chorégraphie
Enrique El Extremeño chant
Miguel Tañé chant
Emilio Molina chant
José Carrasco percussions
Paco Iglesias guitare
Joaquin Amador direction musicale, guitare

[alert style= »red »] DIEGO CARRASCO / CONCHA VARGAS Fiesta de la Buleria [/alert]

La crème de la crème de  Jerez se retrouvera sur  scène à la cité de la Musique le samedi 23 février 2013 à 20:00 pour présenter son spectacle « Fiesta de la Buleria »

« Au sud de l’Andalousie, Jerez de la Frontera, dans la province de Cadix, est un peu comme la capitale du flamenco, au point que l’on y trouve une chaire de flamencologie et que l’on y construit une Cité du flamenco. L’installation des Gitans à Jerez semble remonter au XVIe siècle.
Chaque année, à l’automne, a lieu la Fiesta de la Bulería, qui vient de connaître sa quarante-cinquième édition. Les bulerías, danses rapides à la structure métrique complexe, sont en effet une sorte d’emblème musical de cette ville qui a produit des chanteurs aussi remarquables que Diego Carrasco, Tomasa Guerrero Carrasco (alias La Macanita) ou Luis El Zambo, ainsi que des danseurs virtuoses comme Joaquin Grilo.
Le programme de cette soirée abordera les chants traditionnels de Jerez : la siguiriya, la bulería por solea, les romance por bulería, les alegrias, la zambra de la paquera… »

Propos recueillis sur citédelamusique.fr

Fiche artistique:

Diego Carrasco chant
Juana la del Pipa chant
Tomasa « La Macanita » chant
Jesús Mendez chant
Diego del Morao guitare
Manuel Parrilla guitare
 Bobote palmas
Chicharro palmas
Ane Carrasco percussions

[alert style= »red »] LA SUSI/AGUJETAS [/alert]

AGUJETAS, figure emblématique du flamenco ainsi que la Susi présenteront un concert en deux parties le dimanche 24 février 2013  à 16:30 à la cité de la Musique

Première partie

Deux grandes figures de la scène de Jerez concluent ce cycle consacré aux Gitans d’Andalousie.
La Susi (Susana Amador Santiago, née à Alicante en 1955), se produisait depuis quelque temps comme danseuse dans les tablaos madrilènes lorsque Paco de Lucía, en 1977, lui proposa d’enregistrer son premier album, La Primavera. Depuis lors, elle s’est consacrée exclusivement au chant.

Seconde partie

Manuel « El Agujetas » nous renvoie aux origines avec son chant primitif. Habité par le duende, il fait partie des derniers artistes de la dernière génération qui ne ment pas. Il nous livre en effet un chant sans parure, anarchiste, animal, imprévisible, plaintif, avec une ligne directe entre son coeur et le nôtre, sans passer par l’intellect.

Propos recueillis d’après citédelamusique.fr

 

 

No Comments

Post a Comment